C’est sans surprise que le café est l’un des produits les plus commercialisés. On le boit, on le cuisine, on le travaille. Par contre, qu’en est-il de sa version équitable ? Cette appellation populaire, très médiatisée, mais dont peu de gens peuvent réellement soulever les caractéristiques. Avec l’aide de Sofia Molina, spécialiste de la catégorie Café chez Fairtrade Canada, démystifions les rouages de ce café porteur de changements dans le vaste domaine du commerce équitable et qui permet un partenariat entre les producteurs des pays du Sud, ainsi que les consommateurs et les entreprises des pays du Nord.

Voici donc les 7 points essentiels que les amateurs de café se doivent de savoir sur le café équitable !

equitable2

1. LE COMMERCE ÉQUITABLE DU CAFÉ OBLIGE UN PRIX MINIMUM

Afin de venir en aide à l’industrie du café qui doit constamment jongler avec des difficultés et des instabilités, un prix minimum a été instauré sur la vente de café, ce qui aide grandement les producteurs à s’assurer d’un prix de vente qui ne sera point volatile. «L’idée du prix minimum est que le producteur puisse couvrir le coût de production soutenable», conclut Sofia Molina.

2. UNE PRIME SOCIALE EST VERSÉE AUX PETITS PRODUCTEURS DE CAFÉ

Un aspect qui distingue le café Certifié Équitable est sans contredit la prime sociale. Van Houtte paie cette dernière aux producteurs avec qui ils font affaire. Concrètement, cette somme permet non seulement d’améliorer les systèmes de production, mais aussi d’instaurer, entre autres, des projets de développements communautaires. «Nous voyons, par exemple, des organisations qui décident d’investir leur prime sociale dans des écoles, des hôpitaux ou bien des garderies», précise Molina.

3. FAIRE UNE DIFFÉRENCE AUPRÈS DES PETITS PRODUCTEURS

Chez les Cafés Van Houtte, le produit certifié de qualité supérieure qui vous est servi ne provient que de petites plantations de café. En d’autres mots, depuis 2000, avec sa certification Fairtrade Canada, l’entreprise s’assure de donner un coup de pouce aux organisations de petits producteurs de café. Grâce à cette collaboration précieuse, ceux-ci reçoivent non seulement les outils nécessaires pour se sortir du cercle vicieux de la pauvreté, mais peuvent également combler les besoins vitaux de leur famille et de leur communauté.

D’emblée, la certification équitable élève les standards envers lesdits producteurs. Donc, ceux-ci sont tenus de respecter des normes spécifiques établies par Fairtrade International. «Ces normes sont environnementales, sociales et économiques», indique la spécialiste de la catégorie Café chez Fairtrade Canada.

Tout compte fait, le café équitable est un pensez-y-bien, en raison de la charge de travail considérable découlant du métier de caféiculteur, ainsi que la constante instabilité financière du milieu.

4. CHANGER LE MONDE, UN CAFÉ À LA FOIS

Opter pour du café équitable, c’est littéralement donner au suivant. «Acheter du café Certifié des Cafés Van Houtte contribue directement à l’amélioration des conditions de vie, de travail et de production des producteurs de café dans les pays du Sud», déclare Sofia Molina. Choisir un café Certifié Équitable des Cafés Van Houtte, c’est se garantir que le produit en question, à travers la chaîne d’approvisionnement, a respecté à la lettre les normes du commerce équitable, mais également qu’il a été assujetti à un prix minimum ainsi qu’une prime sociale.

D’ailleurs, le café Certifié Équitable n’a plus de secret pour Van Houtte. «Chez Fairtrade Canada, c’est l’un des partenariats les plus importants. L’engagement de Van Houtte envers le commerce équitable ne cesse de grandir et de s’accroître chaque année», mentionne Sofia Molina. En effet, ce désir de toujours voir plus grand a permis à l’entreprise d’élargir ses horizons d’aide et d’intégrer un nouvel allié dans ses rangs. «Il y a quelques mois, une nouvelle organisation de producteurs au Honduras, qui est partenaire de Van Houtte depuis des années, vient d’être certifiée Fairtrade et ce, grâce à l’aide de la compagnie !», dévoile l’experte en café.

Finalement, les chiffres parlent d’eux-mêmes ! L’année dernière, Van Houtte a grandement contribué à concrétiser plusieurs projets d’envergure en remettant, «à travers ses ventes de cafés Certifiés, plus de 380 000 dollars en primes sociales aux coopératives auxquelles ils se procurent du café, soit en Amérique latine, en Afrique et en Asie», révèle la spécialiste dans la catégorie Café chez Fairtrade Canada. Loin d’être anodin, ce nombre prouve hors de tout doute que le café équitable est l’option par excellence pour faire sa «B.A» de la journée, comme on dit !

5. ENCOURAGER LE CAFÉ ÉQUITABLE, C’EST AUSSI S’ASSURER DE LE RETRACER !

Ce qui est super avec les cafés équitables, c’est qu’il est possible de retracer leur provenance, et ce, à même la chaîne de production et d’approvisionnement. Intéressant, non ? À tout moment, «lorsqu’on voit la marque Fairtrade sur un emballage, on peut savoir exactement de quelle coopérative ce café provient», explique Sofia Molina.

6. LE GOÛT DU CAFÉ ÉQUITABLE N’EST PAS ALTÉRÉ

Malgré les croyances populaires, le goût du café équitable n’est, somme toute, pas très loin de celui qui ne possède point de certification. Auparavant, l’une des choses qui pouvaient entrer en ligne de compte était l’investissement apporté par chaque coopérative pour bonifier leur qualité, mais cet aspect a été pris en charge en 2010 par Fairtrade International. «Un des changements que Fairtrade a fait est que cinq centimes sur les vingt de la prime sociale reçue doivent être obligatoirement investis dans l’amélioration de la qualité de production, mentionne Sofia Molina. Désormais, nous voyons une différence et une nette amélioration dans la qualité du café.»

7. EN TANT QUE CONSOMMATEUR, IL EST POSSIBLE DE S’ASSURER DE LA CERTIFICATION DU CAFÉ

On veut l’encourager, mais comment avoir la certitude de faire le bon choix ? C’est très simple : «la seule façon pour le consommateur de s’assurer qu’un café est équitable versus un qui ne l’est pas, c’est de voir et de chercher la marque Fairtrade, dont le logo est bleu et vert», énonce Molina. Selon cette dernière, l’insigne est l’indicateur qu’il vous faut pour avoir la nette conviction que le café acheté chez les Cafés Van Houtte provient de coopératives certifiées, mais également que l’entreprise honore les normes environnementales, sociales et économiques du commerce équitable.

equitable4